Présentation

France
arton330.png
Le réchauffement climatique est plus rapide autour de
l’océan Arctique que partout ailleurs. Pour s’adapter à
ce climat nouveau, les communautés locales doivent
changer la façon dont ils vivent et travaillent - pour le
meilleur et pour le pire.
Tout autour de l’océan Arctique, l’impact du changement
climatique est spectaculaire : les calottes glaciaires
fondent, les glaciers disparaissent, les montagnes et
les rivières se déplacent. Certains équipements et
aménagements doivent être abandonnées, d’autres
déplacés. Des bancs de poissons migrent sur des milliers
de kilomètres. Certaines régions perdent leurs flottes de
pêche et leurs conserveries, d’autres peuvent en faire
une nouvelle industrie. Le pétrole, le gaz et les minéraux
enfouis dans le sous-sol gelé sont maintenant accessibles
à moindre coût. Des ports sont construits pour les
navires qui empruntent la route du nord entre l’Asie et
l’Europe.
Les nations autochtones dont les territoires ont été
divisés par les conflits géostratégiques qui ne les
concernaient pas, essaient maintenant de se réunir. Les
investisseurs étrangers de divers pays, y compris des
nations non arctiques comme la France et la Chine,
s‘y implantent. De nouveaux immigrants s’y installent
avec leurs modes de vie, et de l’argent frais, créant des
activités nouvelles et des problèmes nouveaux.
Sur place, certains se félicitent de ces possibilités
sans précédent. Ils ont des rêves de richesse, de
pouvoir, et même d’indépendance vis à vis de leurs
lointains dirigeants. D’autres craignent la disparition
de leur culture et mode de vie traditionnel ainsi que
la destruction de l’environnement naturel, si fragile.
Guillaume Herbaut présente les histoires de quatre de
ces petites communautés, en Islande, au Groenland, au
Canada et en Alaska.
Ces reportages ont été réalisés avec le journaliste Yves
Eudes, pour Le Monde (série d’été 2013).