Présentation

La Papouasie-Nouvelle-Guinée… Aucun pays au monde n’a connu une aussi fulgurante intrusion dans le monde moderne. Jusque dans les années 1930, rares étaient les colons qui osaient s’aventurer à l’intérieur des terres. Des tribus y menaient alors une existence tout à fait primitive, vivant de la chasse, de la cueillette, se regroupant en petits villages, parfois dans des grottes, et se livrant entre-elles à des guerres de territoires finissant invariablement dans le cannibalisme. Des zones marécageuses sans piste, une jungle impénétrable, et des montagnes abruptes rendaient l’exploration pour ainsi dire impossible. La crainte toujours présente d’une brusque volée de flèches empoisonnées contribuait aussi à dissuader les plus audacieux.

Puis l’on découvrit que la terre recélait des richesses inépuisables, et le modernisme assiégea un territoire vierge que l’économie voulut s’approprier. De son dernier voyage, Brent Stirton nous rapporte un témoignage unique réalisé sur plusieurs mois, d’une culture en pleine transition. Ce peuple papou qu’il nous dévoile est un peuple en voie d’extinction. Les derniers survivants d’une culture millénaire, faite d’harmonie avec la nature, se terrent dans la jungle impénétrable du Chimbu. Les autres, éloignés de leur terre par la déforestation, l’implantation du christianisme, ou l’attrait des villes modernes, se sont échoués dans la capitale Port Morseby où ils survivent par la mendicité, le folklore ou l’appartenance à des gangs.
Afrique du Sud