Présentation

Norvège - Né en 1977
Big Melt et Vesteraalen News

En 60 ans, le plus grand glacier des monts Qilian en Chine s’est rétracté de 500 mètres. Le même phénomène a été observé sur la plupart des 40 000 glaciers perchés sur les plus grands sommets de la planète, autour du plateau tibétain. Ces glaciers composent la plus grande réserve d’eau douce au monde, abreuvant des fleuves mythiques comme l’Indus, le Mékong, le Yangtsé ou encore le Gange. Au total, ce sont plus de deux milliards d’individus qui dépendent de cette eau pour vivre. Ici, la montée des eaux ne provient donc pas d’en bas, comme c’est le cas avec la fonte des deux calottes glaciaires et de l’Arctique, mais du toit du monde. En février dernier, un glacier qui s’est détaché de l’Himalaya a engendré la mort d’une dizaine de personnes et la disparition d’une centaine d’autres. Cet incident n’est que la partie émergée de cet iceberg qui est en train de fondre sous nos yeux.
Le photojournaliste norvégien Jonas Bendiksen, habitué des pages du National Geographic et membre de l’agence Magnum depuis 2004, a documenté ce désastre écologique qui menace tout un mode de vie : des flancs de l’Himalaya jusqu’aux gigantesques villes fourmilières à la démographie galopante. Observateur rigoureux des tumultes d’un monde qui change, Bendiksen est aussi l’assesseur discret d’un quotidien plus calme. Comme à Vesteraalen, dans le nord de son pays natal, la Norvège, où il s’est fait engager par une gazette locale : un travail intimiste qui capture avec brio l’atmosphère et l’identité de cette région éloignée et de ses habitants. Cette exposition met en parallèle ces deux travaux aux focales diamétralement opposées.

JARDIN DU RELAIS POSTAL
Jonas_Bendiksen_FestivalPhotoLaGacilly2021
Jonas_Bendiksen_FestivalPhotoLaGacilly2021

Exposition

Jonas_Bendiksen__FestivalPhotoLaGacilly2021
Plein Nord En 60 ans, le plus grand glacier des monts Qilian en Chine s’est rétracté de 500 mètres. Le même phénomène a été observé sur la plupart des 40 000 glaciers perchés sur les plus grands sommets de la planète, autour du plateau tibétain. Ces glaciers composent la plus grande réserve d’eau douce au monde, abreuvant des fleuves mythiques comme l’Indus, le Mékong, le Yangtsé ou encore le Gange. Au total, ce sont plus de deux milliards d’individus qui dépendent de cette eau pour vivre. Ici, la montée des eaux ne provient donc pas d’en bas, comme c’est le cas avec la fonte des deux calottes glaciaires et de l’Arctique, mais du toit du monde. En février dernier, un glacier qui s’est détaché de l’Himalaya a engendré la mort d’une dizaine de personnes et la disparition d’une centaine d’autres. Cet incident n’est que la partie émergée de cet iceberg qui est en train de fondre sous nos yeux.
Le photojournaliste norvégien Jonas Bendiksen, habitué des pages du National Geographic et membre de l’agence Magnum depuis 2004, a documenté ce désastre écologique qui menace tout un mode de vie : des flancs de l’Himalaya jusqu’aux gigantesques villes fourmilières à la démographie galopante. Observateur rigoureux des tumultes d’un monde qui change, Bendiksen est aussi l’assesseur discret d’un quotidien plus calme. Comme à Vesteraalen, dans le nord de son pays natal, la Norvège, où il s’est fait engager par une gazette locale : un travail intimiste qui capture avec brio l’atmosphère et l’identité de cette région éloignée et de ses habitants. Cette exposition met en parallèle ces deux travaux aux focales diamétralement opposées.

JARDIN DU RELAIS POSTAL