Présentation

On le surnomme le « Pape du Photojournalisme brésilien ». Un titre amplement mérité. Aux cotés de Jean Manzon, un photographe français réfugié au Brésil, José Medeiros (1921-1990) a longtemps collaboré avec le magazine O Cruzeiro, une revue diffusée sur l’ensemble du Brésil. A l’instar de certains journaux occidentaux de la même époque, O Cruzeiro accordera une grande place à la photographie. Les reportages de Medeiros constituent un patrimoine historique immense pour le Brésil. Son oeuvre, riche de près de 20 000 clichés, est conservée à l’Instituto Moreira Salles de Rio de Janeiro.
"Avec le soutien de l'Instituto Moreira Salles"

Au sortir de la guerre, dans les années 1950, le Brésil porte encore les stigmates de son époque coloniale. Nous sommes encore à quelques années de la dictature qui balayera la deuxième république du pays. José Medeiros a immortalisé ce bref moment d’euphorie qui s’est emparé du pays ces années là, lui permettant de s’épanouir et de connaitre la démocratie. C’était le temps de la modernité et de l’innovation. L’air avait un gout de liberté. Des plages de Rio à la jungle de l’Amazonie, il capture un peuple lancé sur la voie du changement. Il sillonne le littoral, les campagnes, les villes. Il s’intéresse aussi bien aux anonymes qu’à la « dolce vita » des possédants. Il apprécie la danse, les rituels, les fêtes. Il magnifie le travail, il excelle dans le portrait. Il sera l’un des premiers à s’intéresser aux Indiens du Brésil, s’installant des mois entiers chez les Xarante du Mato Grosso. Indigènes dans la jungle et colons à la plage, l’ensemble de la population du pays se retrouve devant son objectif. Les clichés de José Medeiros sont comme des tableaux, des petites scènes, des vestiges d’un temps à jamais révolu. Certains hommes écrivent l’histoire, d’autres se contentent de l’illustrer en la capturant dans sa vérité la plus brute.
arton48.jpg
France