Présentation

Souvent appelé « L’Indiana Jones de la photographie » a été formé par son mentor, le photograhe du magazine Life Charles Moore avant de commencer sa carrière en 1979 au sein du magazine Geo, puis chez National Geographic depuis 1989 où il a signé plus de 30 reportages, qui lui ont valu quatre premiers prix au World Press Photo dans la catégorie Nature et Environnement, ainsi que plusieurs expositions à travers le monde.
Membre de l’agence Magnum de 1982 à 1995, il a notamment travaillé avec Jane Goodall et publié Brutal Kinship qui recèle de nombreuses photos devenues très célèbres. Il a également travaillé en Afrique centrale et au sein de 13 parcs nationaux gabonais, dont le Ndoki Forest qui inspirera l’album The Last Place on Earth. En 2012, il voyage en Tanzanie pour documenter la vie des lions du Serengeti.

Exposition

Michael Nichols - Sauvage
Poésie de la nature Il est l’enfant sauvage de la photographie. D’autres le surnomment l’Indiana Jones du photojournalisme. Avant de mettre un terme à son incroyable carrière en 2017, «Nick» Nichols était l’un des grands noms qui illustrent régulièrement les pages du prestigieux National Geographic, et ses pairs considèrent unanimement que l’ensemble de son travail a radicalement changé l’approche de la photographie animale. En se concentrant autour de trois grands chapitres de son œuvre, les lions, les tigres et les gorilles et chimpanzés, cette exposition a comme humble but de tisser une rétrospective non exhaustive de ce compagnon de route du festival Photo La Gacilly. Une exposition où la nature apparaît sans vernis ni artifice, à vif, dangereuse et fondamentalement indomptable.