Présentation

Finlande - Née en 1974

Vol au-dessus d'un studio

Pour réaliser ses portraits d’oiseaux, Sanna Kannisto a voyagé de la Finlande jusqu’au lac Baïkal en Russie, en passant par l’Amérique du Sud et même l’Italie. Impossible de le deviner en regardant ces images où les volatiles posent devant un invariable fond blanc ; comme des illustrations d’ouvrages scientifiques du XVIe siècle, ou des peintures auxquelles on aurait amputé leur arrière-plan. Et pour cause, toutes ces photographies ont été prises en studio : une installation portative que Kannisto emporte avec elle dans toutes les stations d’observation ornithologique où elle se rend. Elle y fait poser ces oiseaux, préalablement capturés par des professionnels, pour une brève session de portrait. Les animaux sont nourris et abreuvés avant d’être rapidement relâchés dans la nature. 
Ce travail à la croisée des chemins entre la photographie et l’observation scientifique – presque darwinienne – révèle ces oiseaux sous un jour nouveau et inattendu. Chaque photo s’accompagne, comme toute revue scientifique qui se doit, de la désignation en latin de l’espèce photographiée. Mais en les extrayant de leur habitat naturel, l’objectif les capture et nous les soumet sans aucune autre distraction que la beauté de leurs plumages, les sublimes détails de leur anatomie et les formes infinies de leur bec. 
Des œuvres que Sanna Kannisto a pu exposer bien en dehors des frontières de sa Finlande natale : dans les plus prestigieuses galeries américaines mais aussi dans des collections de musées consacrées à la photographie ou plus largement à l’art contemporain. Preuve de l’immense richesse composite de ses images.

LABYRINTHE VÉGÉTAL

Exposition imprimée grâce au soutien et à l’expertise de CEWE.

logo cewe

Sanna_Kannisto_FestivalPhotoLaGacilly2021
Sanna_Kannisto_FestivalPhotoLaGacilly2021

Exposition

Sanna_Kannisto__FestivalPhotoLaGacilly2021
Plein Nord
Vol au-dessus d'un studio

Pour réaliser ses portraits d’oiseaux, Sanna Kannisto a voyagé de la Finlande jusqu’au lac Baïkal en Russie, en passant par l’Amérique du Sud et même l’Italie. Impossible de le deviner en regardant ces images où les volatiles posent devant un invariable fond blanc ; comme des illustrations d’ouvrages scientifiques du XVIe siècle, ou des peintures auxquelles on aurait amputé leur arrière-plan. Et pour cause, toutes ces photographies ont été prises en studio : une installation portative que Kannisto emporte avec elle dans toutes les stations d’observation ornithologique où elle se rend. Elle y fait poser ces oiseaux, préalablement capturés par des professionnels, pour une brève session de portrait. Les animaux sont nourris et abreuvés avant d’être rapidement relâchés dans la nature. 
Ce travail à la croisée des chemins entre la photographie et l’observation scientifique – presque darwinienne – révèle ces oiseaux sous un jour nouveau et inattendu. Chaque photo s’accompagne, comme toute revue scientifique qui se doit, de la désignation en latin de l’espèce photographiée. Mais en les extrayant de leur habitat naturel, l’objectif les capture et nous les soumet sans aucune autre distraction que la beauté de leurs plumages, les sublimes détails de leur anatomie et les formes infinies de leur bec. 
Des œuvres que Sanna Kannisto a pu exposer bien en dehors des frontières de sa Finlande natale : dans les plus prestigieuses galeries américaines mais aussi dans des collections de musées consacrées à la photographie ou plus largement à l’art contemporain. Preuve de l’immense richesse composite de ses images.

LABYRINTHE VÉGÉTAL