Présentation

France
arton112.jpg
Passionné par le monde sous-marin, Xavier Desmier vit ses premières immersions dès dix ans. Il aura la chance de travailler avec le commandant Cousteau comme photographe etcadreur.
En 1998, Xavier est récompensé par un World Press pour son travail sur l’archipel Crozet et, en 2011, par le prix Photo Nature du Muséum national d’histoire naturelle.

En 1937, Paul-Emile Victor a réussi l’exploit de traverser le Groenland d’ouest en est. Il vécut une année au coeur d’une famille inuit, «Eskimo parmi les Eskimos». Au péril de sa vie, il affronta les conditions polaires les plus difficiles. Emerveillé par cette terre inconnue, ce grand humaniste fût un pionnier du mouvement écologique. Soixante-dix ans plus tard, Xavier Desmier accompagne son fils Stéphane Victor pour revivre l’incroyable expérience de l’explorateur. Aurores boréales, glaciers, fjords sauvages, montagnes enneigées, les photographies semblent témoigner d’une beauté intemporelle… Mais au-delà de ces images féeriques, cette exposition donne l’alerte : le réchauffement de la planète fait fondre la banquise, empêchant hommes et animaux de se déplacer. Si, en à peine 50 ans, les peuples Inuit (environ 100 000 personnes) ont su créer un nouvel équilibre entre traditions ancestrales et vie moderne, celui-ci est aujourd’hui menacé par la fonte des glaces.

Il nous a semblé urgent de porter un regard sur cette côte orientale du Groenland et de témoigner de ses étonnants habitants, les Inuit d’Ammassalik longtemps isolés du reste du monde, mais qui souffrent aujourd’hui des changements climatiques. Surtout au moment où cette terre polaire concentre bien des maux : ceux des ruées vers l’or noir et le gaz naturel (ses soussols recèleraient 25 % des réserves mondiales de ces ressources), ceux des menaces portées sur la biodiversité et la culture Inuit, et plus encore, ceux de la régulation environnementale de la planète aujourd’hui en danger…

L’exposition présentera les archives photographiques de Paul-Emile Victor en parallèle avec les images de Xavier Desmier. Elle s’inscrit enfin dans le cadre de l’année polaire 2007-2008.